Passé, présent, futur

Où en étions-nous donc ?

Ah oui, je vous ai promis d’essayer de me rappeler. Alors voyons, bon, pour commencer, je pense qu’il serait judicieux de réussir à déterminer de quelle époque je proviens. Pour planter le contexte, nous donner un point de départ, et ensuite faire gentiment remonter le reste. Progressivement. Je vous vois venir d’ici, vous êtes estomaqués de constater que je ne sais même pas en quelle année je suis né, ou bien même mort. Dites-vous bien qu’en devenant un Chargé du Bien j’ai accédé à une certaine immortalité mais comme tout être précédemment humain j’ai laissé beaucoup derrière moi. Enfin, je crois. Ou je l’espère. Ceci justifierai amplement l’abyme de l’oubli tout à la fois volontaire et inconscient auquel je me suis abandonné. Le Guide n’aurait que faire de subordonnés qui passent leurs temps à surveiller des êtres aimés encore en vie, ou une quelconque descendance. C’est la raison pour laquelle une remise à zéro est effectuée, sorte de reset salutaire nous déliant de toute peine, chagrin, colère, envie ou jalousie… sans parler de désir de vengeance. Je ne vais pas vous en faire la liste complète mais les justifications sont nombreuses. Même si nos âmes terrestres, inclinées vers le Bien, étaient aussi pures que possible, il peut évidemment exister des tâches de noirceur tentatrices. L’oubli de notre histoire permets d’éviter tout type de problème inhérent à ces liens que nous possédions avec le passé et d’autres êtres humains. Cela peut vous paraitre triste ou fataliste et pourtant, c’est tout à fait nécessaire. Le choix nous est laissé d’accepter ces conditions ou non. Quant à se souvenir, je ne pense pas avoir déjà entendu parler d’un collègue qui y soit parvenu. Mais l’ont-ils déjà tenté ? À dire vrai je n’en ai strictement aucune idée. C’est un sujet relevant du personnel voire de l’intime que jamais je n’aurais évoqué avec un homologue. D’ailleurs, cela doit bien être le seul petit reliquat d’intimité qu’il nous reste : nos opinions, nos pensées. Mais revenons à nos moutons : quel intérêt aurions-nous de retrouver ces souvenirs ? Pourquoi est-ce que j’essaie, moi, maintenant ? Il se trouve que certaines choses que je pensais immuables et normées ne le sont pas tant que cela. Je l’ai découvert tout récemment. À toute règle, son exception. Et flatté que je suis de l’intérêt que vous semblez me porter, je me plais à croire que je pourrais moi-même être l’exception à cette remise à zéro des compteurs que j’ai toujours considérée irréversible. Reste juste à trouver comment inverser le mécanisme ! D’où ma méthodologie qui porte à controverse, ne dites pas le contraire, je le vois bien dans votre réaction. Malheureusement, c’est tout ce que j’ai en magasin, donc j’ai décidé de tenter ma chance, malgré que cela paraisse bien faible en terme de stratégie. Bien... Désormais que tout semble à peu près clair, je peux vous affirmer pour commencer que je n’ai pas vécu au 20eme siècle. Comment je le sais ? J’y ai officié en tant que Chargé comme je le fais actuellement. La Seconde Guerre Mondiale, Charles de Gaulle, ça vous parle ? Et bien c’était moi. Capucine Abadie, Editions Satinvaë, Octobre 2021

50 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout