Libre

J’ai longtemps cru mes ailes trop laides et trop fragiles

Pour oser cet envol.

* * *


On ne m’avait pas dit combien vaste est mon cœur.

Prise dans mes bâillons, tristes habits de fête,

Je me tenais courbée au service de la peur.

* * *

Je suis maintenant libre car la lumière est faite

Sur ce qui faisait ombre et me laissait muette.

* * *


Explosant le silence d’une soumission ivre,

Je deviens qui je suis, aujourd’hui je veux vivre.


Charlotte L. Schwartz, Éditions Satinvaë, Août 2020

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Eala