Eala

Une ronde de Saint Vincent est une danse bretonne qui, comme son nom l'indique, se danse en cercle lent vers la gauche. La ronde va dans le sens des aiguilles d'une montre pour garder la trace du temps.


Les légendes pullulent d'imprudents qui s'aventurent dans l'Outremonde, appelé Anaon en Bretagne, pour ne plus reconnaître les lieux qui ont fait leur enfance, tout simplement parce que deux siècles se sont écoulés. Les poètes et les druides n'ont pas attendu le vieil Albert pour penser la relativité spatio-temporelle. Les danseurs se tiennent par le petit doigt, le cercle se rétrécit pour s'élargir et ainsi de, deux ? Les pas ne sont pas très compliqués. Le pied gauche glisse vers l'intérieur du cercle en marquant une progression vers la gauche. Le pied droit dépasse le pied gauche dans la même direction. Le pied gauche repart vers l'arrière en direction de la ligne de danse en se décalant légèrement vers la gauche. Le pied droit recule derrière le pied gauche et l'on revient ainsi sur le cercle de départ. Les bras sont raides et montent en mouvements saccadés en suivant le rythme de la musique. On lève les bras à mi-hauteur devant soi. Les bras sont tendus devant soi à l’horizontale. On replie les bras, les coudes sont le long du corps et les mains à hauteur des épaules. On baisse les bras. Mon pote Erwan m'a raconté à Lorient, en août 2011, qu'il avait réussi à se mettre en transe lors d'un fest noz organisé par la Jeunesse Ouvière Chrétienne. Cette danse a été « recueillie » à Saint Vincent sur Oust dans le Morbihan. L'une des chansons les plus connues, relative à une ronde de Saint Vincent, semble posséder en substrat un ancien mythe irlandais qui fut adapté par William Shakespeare en personne. Il fut également reprit par un autre William, Butler Yeats poète national de l'Irlande: Ils nagent dans les eaux froides et accueillantes Ou escaladent le Ciel ; Leurs cœurs n’ont pas vieilli ; Ils gardent encore, en leurs courses errantes, La passion et l’ardeur de conquête ! Je cite ces vers dans les Diamants dans la poussière pour illuster les états d'âmes de....William. La chanson bretonne dit : La mode en est devenue nouvelle C'est au poignet qu'on met la dentelle } bis Trois beaux canards y vont nageant Vive la dentelle, à bas les rubans Refrain Deux ils sont noirs et l'autre blanc Vive la dentelle, à bas les rubans Refrain Le fils du Roi s'en va chassant Vive la dentelle, à bas les rubans

Refrain Visa le noir, tua le blanc Vive la dentelle, à bas les rubans Refrain Oh fils du Roi tu es méchant Vive la dentelle, à bas les rubans Refrain Tu as tué mon canard blanc Vive la dentelle, à bas les rubans Refrain Par dessus l'aile il perd le sang Vive la dentelle, à bas les rubans Refrain Et par les yeux, l'or et l'argent Vive la dentelle, à bas les rubans Refrain Que ferons-nous de tant d’argent Vive la dentelle, à bas les rubans Refrain Nous le donnerons aux pauvres gens Vive la dentelle, à bas les rubans Je suis tenté de remplacer les canards par des cygnes.... Cela pourrait nous renvoyer à...L'étrange destinée des enfants de Lir. En gaélique Oidheadh chloinne Lir. Il s'agit d'un conte triste mais avec un message qui à l'inverse de ceux de Andersen ne fait pas pleurer quand ón est enfant ní ne pousse au bord du suicide quand nous sommes parvenus à l'âge pseudo adulte. Les mythes irlandais restitués par les moines sont à prendre avec des pincettes car ils ne savaient pas ce qu'ils racontaient tout comme la volonté était de rendre caduque laa Première Tradition face à la Seconde apportée par Patrick. Rappelons que le culte druidique est très particulier. En tant que religion indo européenne il s'agit d'un panthéisme, le divin et le sacré est à l'intérieur de la création et relève d'un quasi monothéisme pour parler en critère plus rècent. C'est l'Un qui sé révèle à travers le Multiple. Le monothéisme tel que nous le connaissons nous a fait passer d'un sacré “alpha” créateur et omniprésent à un sacré “oméga” totalement transcendant et se découvrant de façon linéaire. Lyr est l'un des dieux suprêmes du monde celto-insulaire, l'Irlande et lá Cambrie. Il est associé à tord à l'océan. Son fils Mananan Mac Lir, littéralement Mananan le fils de Lir, est le dieu de l'océan mais également un dieu psychopompe chargé d'accompagner les âmes vers Anaon, que les irlandais appellent soit le Sidh soit le Tir na nog. Dans le conte qui nous intéresse, Lir s'est fait doubler par Aodb Berg, le fils de Dagda qui est élu roi des dieux. Il a quatre enfants de son épouse Aiobh; Fionnuala, une fille, Aodh, un garçon et des jumeaux Fiachar et Conn. Sa nouvelle épouse Aife, souhaitant se débarrasser des enfants, leur tend une embuscade mais ils sont tous les quatre transformés en cygnes magnifiques pour une durée de neuf siècles. Trois siècles sur le canal du Nord qui relie lá mer d'Irlande à l'océan Atlantique. Trois siècles sur le Loughderravagh qui est situé dans le comté de Westmeath et s'écoule vers le fleuve Shannon. Et les trois derniers siècles sur l'ile de lá gloire identifiée à Erris Bangor en plein gaeltacht, région ou le gaélique est parlé dans lá rue. Bangor de l'autre coté de l'Atlantique est lá ville de résidence d'un certain roi Stephen. Roi en

anglais se dit King. Dans les mythes indo européens, les divinités sont géméllaires par deux paires. Un principe masculin qui est complémentaire au principe féminin sans hierarchie tout comme le principe nocturne sert de deuxième face au diurne sur lá pièce cosmique. La chanson parle de trois beaux canards. L'un est noir, l'autre est blanc. Le fils du roi s'en va chassant. Aedh mac Lir, l'ainée des cygnes est qualifié comme le Prince des Daoine Sidhe, les gens de l'Autre Monde. Le fils du roi se dit Fitzroy, nom et statut hybride donné au batard du roi ne pouvant être prince. Les deux personnages joués lors du premier rôle de Edward Norton sé nomment Aaron et Roy Stampler. Stampler peut se lire stamp Ler; la marque de Lir. Aaron est le frère de Moïse et l'ancêtre de lá tribu de Levi celles des prêtres dont les plus haut sont les Cohen dans lá tradition biblique. Moïse en tant que legislateur est Prince.... “Beannaigh le do thoil mo thurais agus ” “ Filiméala deonaith ! Traduction: S'il vous plait bénissez mes voyages et má plume avec votre Puissance. Votre Altesse.” “Accordé Rossignol !” Note: Rossignol en gaélique moderne se dit littéralement “poète au miel.”.

57 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout